Home Découverte Marseille de Netflix – Présentation

Marseille de Netflix

Partagez ce que vous aimez...

Enfin arrivée, il était impossible pour moi de rater la série Marseille de Netflix.

Je ne vais pas vous mentir ce n’était pas (uniquement) dû à son gros casting : Gérard Depardieu, Benoit Magimel, Géraldine Phaillas ou encore Nadia Farès et j’en passe… Ce n’est pas non plus (uniquement) dû au fait qu’il s’agisse de la première création Netflix à la française. Je reconnais pourtant sans mal être une fan incontestée de Orange Is The New Black, Narcos ou encore House Of Cards. Non, la vraie raison de ma motivation résidait dans mon amour pour cette ville. Marseille et moi c’est une longue histoire de sentiments et même si je n’ai jamais accroché avec Plus Belle La Vie, quand je la vois dans un film ou une série j’ai l’impression qu’on est un peu réunies. Ça avait d’ailleurs super bien fonctionné avec Panthers, la série Canal+ avec Tahar Rahim (entre autres). Pour moi c’était donc une évidence !

Quand j’ai proposé à la rédac chef d’écrire sur la série, elle m’a tout de suite dit oui en me prévenant que les avis n’étaient pas très enthousiastes. Je ne me suis cependant pas découragée. Je me suis même refusée à lire quelconque article qui aurait pu éventuellement m’influencer. C’est donc tranquillement, dans mon salon, assise sur mon canapé que j’ai découvert cette série tant attendue.

Marseille de Netflix – Valse en trois temps

Marseille de Netflix

Marseille de Netflix – Crédits Photos: Netflix

La surprise. Deux mots pour planter le décor. Marseille c’est une série qui parle de politique sur fond de complot, trahison, trafic de drogue et un peu d’amour. Nous mettons le pied à la Mairie qui est occupée depuis 20 ans par Robert Taro (Gérard Depardieu) qui, depuis quelques années,  a Lucas Barres (Benoit Magimel) comme premier adjoint. Fils spirituel du Maire, tout désigne Lucas Barres comme successeur de Robert Taro à la Mairie de Marseille. Pour cela, rien de plus simple, les élections arrivant à grand pas, une simple passation de pouvoir saura faire l’affaire.

Pourtant, la relation entre les deux hommes, si elle s’est toujours bien passée en apparence, est sur le point de changer. Contre toutes attentes, Lucas vote contre le projet de casino et complexe hôtelier. Ce projet, qui devait prendre place dans les vieux docks, était un élément phare de la campagne de Robert Taro. Il s’était engagé à faire de Marseille la plus grande ville de « l’Europe du Sud » comme il le disait si bien. En créant un tel complexe, il voyait déjà les nombreux touristes débarquer avec tout l’argent qu’on leur connaît. Malheureusement, à une voix près, celle de son premier adjoint, le projet ne pourra aboutir.

En votant contre, Lucas Barres a clairement démarré les hostilités contre son mentor. Ainsi commence le complot. Tout le but du jeune adjoint depuis dix ans était de faire tomber le maire et de lui voler Marseille.

Marseille de Netflix

Marseille de Netflix – Crédits Photos: Netflix

L’intrigue est plutôt prometteuse. On nous plonge dans l’envers du décor et découvrons que, depuis des années, il s’agissait d’un plan bien ficelé. Lucas Barres, spécialiste de la « promotion canapé », n’hésite pas à élaborer les scénarios les plus malsains pour se venger de Taro.

A la fin du premier épisode, je vous avoue ne pas avoir réellement compris ce qui justifiait un acharnement aussi intense de la part de la presse française. Voir la suite était même une évidence. Après le coup bas de Barres j’avais hâte de voir comment Taro allait placer ses cartes (un peu facile, je vous le concède). Avec la même volonté d’objectivité, j’ai donc lancé le second épisode dans la foulée. Le pilote n’était ni un raté ni une réussite, il plaçait les pions pour l’avenir, il était totalement conventionnel.

La caricature. A partir du deuxième épisode les choses ont commencé à se gâter. Autant pour le premier, l’indulgence primait là, ça devenait un peu compliqué. Comme je vous l’ai dit, Marseille, pour moi, est une étape importante de ma vie, et j’y serai toujours attachée. Pour être claire, j’aime cette ville et la voir ainsi caricaturée m’a complètement déplu. C’est vrai que c’est une ville de trafic et que forcément parler du milieu (c’est à dire de la mafia locale) reste intéressant pour une série ou un film, encore faut-il savoir le faire. Mais Marseille, ce n’est pas que ça, alors quand on la prétention de faire une série complète autour d’une ville, on se renseigne un peu et on montre ce qu’il y a à montrer. Si vous n’y êtes jamais allés, les seules choses que l’on va vous présenter sont les quartiers nord et le vieux port. Ca commençait pourtant avec un match de l’OM mais même ça, c’est passé à la trappe.

Marseille de Netflix

Marseille de Netflix – Crédits Photos: Netflix

Si la caricature s’arrêtait là, je pense que je ne l’aurai pas relevée. A notre grand désespoir le tout s’emballe à chaque réplique de Benoit Magimel. Là, vraiment, il faut m’expliquer parce que je n’ai pas saisi. Vu qu’il s’agit d’une série sur la cité phocéenne, il fallait forcément un peu d’accent chantant et d’odeur du Sud. Netflix, étant américain, a dû se dire que n’importe qui s’en sortirait sans problème. C’est donc Benoit Magimel, acteur récemment césarisé, qui se lance dans l’interprétation de Lucas, jeune dynamique à l’accent marseillais.  Niveau caricature on atteint le summum du ridicule. Franchement, je n’ai pas compris. Déjà parce que j’ai rencontré pleins de marseillais dans ma vie et qu’ils n’avaient pas tous l’accent, et surtout, quitte à vouloir apporter une touche d’authenticité, autant prendre quelqu’un qui a naturellement un accent. Pour la faire courte, Benoit Magimel (qui est particulièrement décevant dans ce rôle) imite vulgairement ce qui devrait être une façon de parler. D’ailleurs, il doit s’en rendre compte parce qu’il ne nous le fait pas à chaque fois, ce qui, bien entendu, n’est pas du tout crédible.

Marseille de Netflix

Marseille de Netflix – Crédits Photos: Netflix

J’imagine la scène, Benoit Magimel, lendemain de soirée où il n’a pas pris sa voiture, reçoit un appel de Dan Franck (l’un des scénaristes) qui lui dit que c’est une occasion unique de conquérir le marché américain, il ne peut pas passer à côté. Il lit vite fait le synopsis, se dit que ça pourrait le faire, voit que le casting est fourni et se lance. Et bien Benoit, tu aurais dû rester tranquillement chez toi et j’ai comme l’impression que ce n’est pas la première fois qu’on te le dit. Je suis pas trop pour le bashing mais là, vraiment, je suis déçue. La seule chose qui paraît crédible mais qui vraiment ne sert à rien, c’est de te voir sauter tout ce qui bouge pour atteindre tes objectifs. Tu es le vrai carton rouge de cette série, ce qui est assez surprenant car je pensais l’attribuer à Depardieu. Pourtant, ce dernier fait son travail, ce n’est pas du grand jeu d’acteur mais ça passe. Du côté des femmes, ce n’est pas beaucoup mieux, Géraldine Phaillas passe son temps à se plaindre et sa fille, Julia, incarnée par Stéphane Caillard, n’est bonne qu’à faire tourner la tête du pauvre Eric qui fait une prestation aussi bonne que sa coupe de cheveu.

Marseille de Netflix

Marseille de Netflix – Crédits Photos: Netflix

L’ennui. Ca paraît donc assez évident, même si j’ai dépassé le pilote, je ne suis pas sûre de continuer à regarder. Hormis tout ce qu’on a cité (ce qui est déjà pas mal), il y a quelque chose que je ne comprends pas. Arrivé à la moitié de la saison, il n’y a aucun meurtre. Vous allez me dire, c’est génial, une série peace and love, c’est bon pour le moral. Oui, enfin, c’est surtout bon pour s’endormir dans le canap. Franchement, une série sur la politique, les magouilles, le trafic de drogues et personne ne crève… Et bien c’est regrettable. Quand on nous sert une scène de cul toutes les 20 minutes, on s’attend à voir couler un peu de sang. Disons qu’une fois qu’on a fait le tour de la cité, vu le chargement de drogue dans les bateaux, visité la mairie, l’épisode est déjà bien entamé.

Vous allez me dire, ce n’est pas possible qu’il n’y ait aucun point positif. Vous avez complètement raison. La série est filmée de sorte que nous pouvons apprécier le très beau paysage marseillais. A chaque épisode, on côtoie un peu plus les mondanités de la ville, si bien qu’on a plaisir à se retrouver dans des baraques immenses où on rêverait d’habiter. Passé cela et la musique du générique, franchement il n’y a rien. Je partais pourtant vraiment motivée et là je me dis que si vraiment il n’y a rien d’autre à voir alors je regarderai la fin. Sait-on jamais je serai peut être agréablement surprise ?

Marseille de Netflix

Marseille de Netflix – Crédits Photos: Netflix

Si vous êtes quand même tentés de regarder mais que vous n’êtes pas abonnés à Netflix, sachez que la plateforme a passé un accord avec TF1 qui diffusera le 12 mai les deux premiers épisodes. Puisque que ce sont les moins nuls c’est plutôt une bonne nouvelle. Pour le reste, attendez de voir si ca vous plait avant de vous abonner…

Découvrez maintenant, avec Seriesblog.tv, le trailer de Marseille de Netflix :

mm

A propos de 

Bon j'aime les Vampires et autres créatures de la nuit. Tout a débuté avec Entretien avec un Vampire pour continuer avec Vampire Diaries, True Blood. Mais bon je kiffe aussi les Zombies en tout genre. Bref, oui je suis gore.

Bon j'aime les Vampires et autres créatures de la nuit. Tout a débuté avec Entretien avec un Vampire pour continuer avec Vampire Diaries, True Blood. Mais bon je kiffe aussi les Zombies en tout genre. Bref, oui je suis gore.